Le film « xXx Reactivated » remporte le prix Nobel de clichés 2017

Tout comme Jean-Claude Vandamme, le cinéma est extrêmement doué pour faire le grand écart. De « A bout de souffle » à « Y a-t-il un flic pour sauver la reine ? », ou de « Spartatouille » à « Citizen Kane », Dieu sait s’il s’est régulièrement écrasé les couilles sur les planches, et pas uniquement sur celles des salles obscures. Le film « Commando » par exemple, réalisé par Mark L. Lester en 1985 avec Arnold Scharzenegger – expatrié autrichien aux muscles saucisse-choucroute – battu des records de clichés en son temps, si bien que personne ne pût en développer le scénario par la suite. Certains portèrent plainte pour « non assistance à neurones en danger », mais rien n’y fît, le film fût malgré tout distribué sur toute la planète, ce qui explique en partie le faible niveau intellectuel de nombreux êtres humains aujourd’hui, notamment les abonnés à « Ici Paris » ou « Voici », d’autres œuvres spécialisées également dans les clichés.

C’est donc avec une certaine fierté que D.J. Caruso, le meilleur chanteur d’opéra de tous les temps…ah non, merde, je me suis trompé.

C’est donc avec une certaine fierté que D.J. Caruso, le meilleur DJ de…Oh, putain, ce film m’a défoncé les neurones.

C’est donc avec une certaine fierté que D.J. Caruso, un des pires réalisateurs de tous les temps, est venu chercher son trophée pour en avoir justement trop fait. Accompagné par l’acteur principal, Vin Diesel, qui, selon les mauvaises langues, aurait malgré tout du plomb dans la cervelle, il est venu remercier le jury, qui n’en demandait pas tant. Ému à l’idée qu’on reconnaisse son talent à sa juste valeur, il se mît à commenter en quelques phrases ses impressions au public, qui lui non plus n’en demandait pas tant. Déplorant malgré tout l’absence de mendiants roumains dans le film, d’africains à moitié nus dans la brousse ou encore de flashbacks incessants, mais la perfection n’est pas de ce monde.

La soirée s’est terminée par un visionnage complet du film, du moins pour les gens qui sont restés.

Rappelons que le film remporte également le prix de la mise en scène la plus poussive 2017, le prix du meilleur gentil qui devient méchant, du meilleur méchant qui devient gentil, du mort qui ressuscite, de la bonasse connasse qui va se taper le gentil à la fin, de l’asiatique qui fait du karaté comme à la télé, du complot du F.B.I. qu’on avait pas vu venir et des scènes d’actions les moins crédibles de l’année.

Il faudra se lever tôt pour battre un tel record, mais les records sont faits pour être battus, comme le signala Woody Allen en référence aux 6 millions de juifs exterminés lors de la Shoah, non sans un sens de l’humour ravageur.

Finalement, à chacun son massacre.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :