Marine Le Pen appelle à voter Hitler au troisième tour

« On a beau être sous régime fasciste, ça ne garantit pas nécessairement de garder la ligne Maginot », fît remarquer un colonel en léger surpoids à l’époque où le nazisme s’invitait inopportunément dans les campagnes françaises. Il est vrai qu’en ces temps génocidaires, le désir de rester en vie l’emportait largement sur les préoccupations d’ordre esthétique, quitte à ne faire confiance qu’en sa bonne étoile. Enfin, façon de parler.

L’heure était grave, le futur incertain et Donald Trump naissait un 14 juin 1946 histoire de bien en rajouter une couche septante ans plus tard.

Bref, on était dans la merde, et c’était déjà du recyclage.

On le pensait loin ce climat de terreur où le train-train quotidien se terminait parfois sur la case « arrivée » de jeu de loi du plus fort, dans un éventuel camp où la concentration laissait peu de place à l’improvisation. Mais il faut se rendre à l’évidence plutôt qu’à l’ennemi, le bruit terrifiant des bottes sombres et clinquantes résonne toujours autant sur les pavés de bonnes intentions du monde entier. Le rejet de l’autre, d’où qu’il vienne, marche toujours autant avec cette conviction propre aux fascistes de tous bords pensant détenir le monopole de la race pure, celle qui voit clair.

Est-ce la nostalgie qui donc pousse les yeux bleus de Marine Le Pen à n’Aryen y voir ? Voudrait-elle admirer à nouveau les étoiles briller sur les poitrines amaigries de migrants dénigrés ? Née en 68 comme un pavé jeté dans la marre d’une société malmenée, ne serait-elle pas en train de nous la jouer comme en 40, avec juste ce qu’il faut d’impunité pour transformer l’essai sur le terrain de la haine ?

Quoi qu’il en soit, quel que soit le projet, la Gauloise blonde n’y arrivera pas sans son peuple, qui ferait bien d’y réfléchir à deux fois avant de s’en gratter les urnes. Avoir la mémoire courte n’a jamais été un raccourci vers les idées claires, surtout quand on suit les pas de guides habitués aux détours les moins recommandables.

Amis Français, soyez vigilants, le moment de faire parler la véritable démocratie est arrivé. Le résultat sera de toute manière médiocre, mais ne vaut-il mieux pas du réchauffé dans un Macron-ondes que du froid dans le dos programmé sur l’extrême-droite ? Mon sang se glace rien qu’à y penser.

Que le moins pire gagne, et qu’il rassure. Ce sera un minimum à savourer sans modérations.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :